Le Carême? Un temps favorable à vivre intensément !

Il y a deux jours, nous avons célébré le mercredi des cendres. Nous voici en Carême. Le Carême : un temps pour préparer la fête de Pâques. Plus que cela, le Carême est un « kairos », c’est-à-dire un « temps favorable », comme le dit Saint Paul dans la deuxième lecture de ce jour, pour nous convertir, c’est-à-dire nous tourner vers le Seigneur et nous laisser réconcilier avec lui. Un temps pour découvrir que notre Père nous attend, les bras grands ouverts, impatient de nous montrer son amour et sa miséricorde. Pour bien commencer ce temps de grâce, nous vous rappelons toutes nos propositions pour ce carême 2018 grâce à notre mémo (cliquer pour l’agrandir). Nous vous proposons aussi de retrouver l’homélie prononcée par Mgr. Planet lors de la messe des cendres qu’il a présidée dans la basilique Saint Paul Serge de Narbonne. Les lectures de la messe sont accessibles ici.

Enfin, nous avons sélectionné pour vous sur le web l’homélie prononcée par le Pape pour ce mercredi des cendres, son message pour le Carême 2018, ainsi que l’une de nos méditations intitulée : « Le Carême : des cendres sur la tête mais le feu dans le cœur ». Le Carême? Tout un programme donc à vivre intensément ! Nous vous souhaitons une bonne route vers Pâques !


« Reviens ! Sans peur, c’est le temps favorable pour revenir à la maison, à la maison « de mon Père et de votre Père » (cf. Jn. 20, 17). C’est le temps pour se laisser toucher le cœur… Rester sur le chemin du mal n’est que source d’illusion et de tristesse. La vraie vie est quelque chose de bien différent et notre cœur le sait bien. Dieu ne se lasse pas et ne se lassera pas de tendre la main. Reviens, sans peur, pour faire l’expérience de la tendresse de Dieu qui guérit et réconcilie ». Pape François.


 

Deuxième prédication de Carême par Mgr. Eychenne : ‘Nous avons été saisis par Dieu.’

Après Mgr. Planet la semaine dernière, nous avons eu la joie d’accueillir dans notre église ce dimanche 12 mars, Mgr Eychenne, évêque de Pamiers. Il a célébré l’office de vêpres avec nous et nous a proposé une méditation que vous pouvez retrouver ci-après. Vous pouvez également revivre cet événement en images grâce à quelques photos consultables dans notre album en ligne ici.
Enfin, nous tenons à remercier Mgr. Eychenne d’avoir accepté de venir nous enseigner et nous donner quelques pistes pour mieux vivre ce Carême 2017.


Devenons des marcheurs de Dieu. A la suite de Saint François, empruntons des chemins de sobriété joyeuse !
Bonne route vers Pâques !


Le Carême : de l’égoïsme qui se sert à l’amour qui sert!

Comme chaque année, nous entrons dans le temps de Carême, ce temps liturgique si particulier qui nous prépare à cette joie de Pâques que nous ne savons ni croire, ni dire. Nous vous proposons de revenir sur l’homélie que le pape François a prononcée pour le mercredi des cendres. Celle-ci est centrée sur deux invitations que la Parole de Dieu nous a adressées à l’occasion de cette entrée en Carême.

chapfam63La première est celle de Saint Paul : « Nous vous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu ! ». Le pape s’interroge alors sur la raison pour laquelle l’apôtre lance un « appel aussi solennel et vibrant. » Et il explique : « Parce que le Christ sait combien notre cœur est blessé par le mal et combien nous avons besoin de pardon ». Ainsi, pour le Saint Père, il ne s’agit pas tant de « faire quelque chose » mais « de permettre à Dieu de nous pardonner ». Approfondissant sa méditation, le pape pointe les « obstacles qui ferment la porte de notre cœur » :
– « la tentation de blinder les portes », c’est-à-dire « de cohabiter avec son péché, en le minimisant, en se justifiant toujours, en pensant ne pas être pire que les autres.» ;
– « la honte d’ouvrir la porte », car, si « la honte est un bon symptôme parce qu’elle indique que nous voulons nous détacher du mal, elle ne doit jamais se transformer en crainte ou en peur. »
« la tentation de s’éloigner de la porte », c’est-à-dire de « se cloitrer dans nos misères, de ruminer continuellement les choses négatives » pour « devenir des familiers de la tristesse, du découragement. […] Nous restons alors seuls avec nous-mêmes, nous enfermant et fuyant la lumière, alors que seule la grâce de Dieu nous libère ».

FilsProdigueLa seconde invitation est celle du prophète Joël : « Revenez à moi de tout votre cœur ». Et le pape de commenter : « S’il faut revenir, c’est parce que nous nous sommes éloignés. C’est le mystère du péché : nous nous sommes éloignés ‘de Dieu, des autres et de nous-mêmes’. » Le Saint Père  propose alors trois remèdes contre le péché :
la prière, antidote de la suffisance, qui permet de « rencontrer personnellement le Seigneur et qui raccourcit les distances crées par le péché » ;
la charité qui « permet de dépasser le manque d’intérêt pour les autres » et de « vivre le service » pour « vaincre la tentation de se satisfaire » ;
le jeûne qui est « une invitation à la simplicité et au partage » pour « nous libérer des dépendances » et « nous entrainer à être plus sensibles et miséricordieux ».

Et le pape conclut par ces mots :

« Jésus nous appelle à vivre la prière, la charité et la pénitence avec cohérence et authenticité, en surmontant l’hypocrisie. Que le carême soit un temps pour élaguer la fausseté, la mondanité, l’indifférence […] pour retrouver notre identité chrétienne, c’est-à-dire l’amour qui sert et non l’égoïsme qui se sert. »

Le texte intégral de l’homélie du Pape François pour le mercredi des cendres est accessible ici. Pour aller plus loin, nous vous proposons de consulter le message du logo-jubilepape François pour le Carême ici, ainsi qu’une méditation du mercredi des Cendres . Nous vous rappelons aussi que le Pape François souhaite que « le Carême de cette Année Jubilaire soit vécu plus intensément comme un temps fort pour célébrer et expérimenter la miséricorde de Dieu » (Misericordiae vultus, n. 17). Nous ne saurions donc trop vous encourager à vous rapprocher du sacrement de la réconciliation (de plus amples informations ici) et à consulter notre page spéciale sur le jubilé de la miséricorde . Enfin, un portrait-robot du confesseur idéal est dressé ici.

 

Message du pape François pour le Carême : lutter contre l’indifférence!

Ce mercredi 18 février, nous entrons dans le Carême. A cette occasion, le Pape François a adressé à toute l’Église un message afin de nous aider à bien vivre ce temps liturgique qui nous prépare à la grande fête de Pâques. Pour lui, le Carême est avant tout « un temps de grâce » où « Dieu ne nous demande rien qu’il ne nous ait donné auparavant » car « Il s’intéresse à nous ». Le pape François développe alors cet aspect en expliquant que, si Dieu est attentif à chacun, l’on assiste aujourd’hui à « une mondialisation de l’indifférence ». S’appuyant sur la Parole de Dieu, il propose trois pistes de réflexion :

  • « Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance » (1 Co 12, 26) : pour le pape, « le chrétien est celui qui permet à Dieu de le revêtir de sa bonté et de sa miséricorde, de le revêtir du Christ, pour devenir comme lui, serviteur de Dieu et des hommes. […] Le Carême est un temps propice pour nous laisser servir par le Christ et apprendre ainsi à servir comme lui. »
  • « Où est ton frère ? » (Gn 4, 9) : pour le pape, « nos paroisses et nos communautés doivent devenir des iles de miséricorde au milieu de la mer de l’indifférence. » Pour cela, deux pistes : la prière et la mission.
  • « Tenez ferme » (Jc 5, 8) : Le pape François s’interroge ici sur ce que nous pouvons faire en tant qu’individu devant les misères du monde qui souvent nous dépassent. Il nous propose trois pistes : « prier » car « il ne faut pas négliger la force de la prière » ; ensuite, « aider par des gestes de charité » ; et enfin « se convertir ».

Et il conclut par ces mots à l’adresse de tous :

« Pour dépasser l’indifférence et nos prétentions de toute-puissance, je voudrais demander à tous de vivre ce temps de Carême comme un parcours de formation du cœur. Avoir un cœur miséricordieux ne veut pas dire avoir un cœur faible. Celui qui veut être miséricordieux a besoin d’un cœur fort, solide, ferme au tentateur, mais ouvert à Dieu. Un cœur qui se laisse pénétrer par l’Esprit et porter sur les voies de l’amour qui conduisent à nos frères et à nos sœurs. Au fond, un cœur pauvre, qui connaisse en fait ses propres pauvretés et qui se dépense pour l’autre. »

Le texte intégral du message du pape François est accessible ici et téléchargeable .

Nous vous souhaitons un Bon et Saint Carême dans les pas de Jésus !