Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

A la suite de l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, nous publions le communiqué de notre évêque, Mgr. Planet, ainsi que celui de Mgr. Lebrun, archevêque de Rouen et de Mgr. Ricard. Le texte intégral de chaque communiqué est accessible en suivant ces liens : [Mgr. Planet] [Mgr. Lebrun] et [Mgr. Ricard]. Nous en avons extrait trois passages:

CroixNous ne devons pas répondre par la haine ni par les accusations mais par un surcroît de charité et une prière plus fervente (Mt 5, 38 – 48).

+ Alain PLANET

L’Église catholique ne peut prendre d’autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes. Je laisse ici (NDLR, à Cracovie) des centaines de jeunes qui sont l’avenir de l’humanité, la vraie. Je leur demande de ne pas baisser les bras devant les violences et de devenir des apôtres de la civilisation de l’amour.

+ Dominique LEBRUN.

Devant cette situation, il est important de rester calmes et vigilants. Mais ne cédons ni à la peur ni à la panique. C’est ce que recherchent justement ceux qui veulent déstabiliser notre pays. Certains seraient trop heureux d’ouvrir chez nous une guerre de religion. L’amour seul peut vaincre la haine. Ne cédons pas au piège. Cela ne serait conforme ni à l’Évangile ni à l’idéal républicain.

+ Jean-Pierre RICARD.

Vous trouvez également une interview de Mgr. Lebrun ici, et la réaction du Pape François .

croixA la demande de notre évêque, dimanche 31 juillet, il y aura une intention à la prière universelle pour les victimes de cet attentat dans chaque célébration de notre diocèse.

Pour notre part, nous portons dans notre prière le Père Jacques Hamel, ainsi que les autres victimes, leurs familles et toute la communauté chrétienne du diocèse de Rouen.

Nous demandons au Seigneur, par l’intercession de Saint François d’Assise, de nous donner la force, la lucidité et la foi pour toujours agir en faveur du bien et de la paix dans notre société car « seul l’Amour est force de création » (Saint Maximilien Kolbe).


Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger? le glaive ? En effet, il est écrit : « C’est pour toi qu’on nous massacre sans arrêt, qu’on nous traite en brebis d’abattoir ». Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés. J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur (Rm, 8, 35 – 39).