Le saviez-vous ? Dieu a une mauvaise mémoire ?!

FilsProdigueA l’occasion d’une rencontre avec des prêtres en formation, le pape François est revenu sur l’importance du sacrement de la réconciliation. Pour le pape, « la possibilité du pardon est vraiment ouverte à tous, ou plutôt, elle est grand-ouverte, comme la plus grande des « portes saintes », parce qu’elle coïncide avec le cœur même du Père, qui aime et attend tous ses enfants, en particulier ceux qui se sont le plus trompés et qui sont le plus loin. » S’il y a de multiples voies pour être rejoint par la miséricorde, le Saint Père note que « le sacrement de la réconciliation est le lieu privilégié pour en faire l’expérience et célébrer la fête de la rencontre avec le Père. » Pour lui, nous oublions encore trop souvent ce dernier aspect : « la fête fait presque partie du sacrement ». Et il précise sa pensée :

« Après l’absolution du prêtre, tout fidèle repenti a la certitude, par la foi, que ses péchés n’existent plus. Ils n’existent plus ! Dieu est tout-puissant. J’aime penser qu’il a une faiblesse : une mauvaise mémoire ! Une fois qu’il te pardonne, il oublie. Et c’est quelque chose de grand ! Les péchés n’existent plus, ils ont été effacés par la divine miséricorde. Chaque absolution est, d’une certaine façon, un jubilé du cœur, qui réjouit non seulement le fidèle et l’Église mais surtout Dieu lui-même. »

confession1

Le Pape François nous montre l’exemple : et si nous nous laissions réconcilier avec Dieu?

Pour le pape François le confesseur « doit ainsi être un canal de la joie pour que le fidèle, après avoir reçu le pardon, ne se sente plus oppressé par ses fautes mais qu’il puisse goûter l’œuvre de Dieu qui l’a libéré ». De plus, le pape recommande au confesseur deux attitudes :
– « ne pas être seulement lié au langage parlé » car « il y a des personnes qui ne peuvent pas parler et qui, par leur geste, disent leur repentir, leur douleur. »
– Dans les cas délicats où il ne peut pas donner l’absolution, le confesseur doit « parler au pénitent comme un père qui le bénit et lui dit de revenir » car « Dieu sait mieux que nous comment pardonner les choses. »
Ainsi, pour le pape François :

« Le sacrement de la réconciliation est le lieu où nous pouvons faire l’expérience de l’unique amour définitif et fidèle, celui de Dieu pour chacun de ses enfants, un amour qui ne déçoit jamais. ».

Alors qu’attendons-nous ? N’ayons plus peur et courons vers le Père qui nous attend toujours ! Les modalités pour recevoir le sacrement de la réconciliation dans notre église sont ici. Vous hésitez encore ? Rencontrez des témoins qui ont expérimenté la miséricorde ! Cliquez !


Le texte intégral de l’intervention du pape François est et l’homélie qu’il a prononcée à l’occasion de la célébration pénitentielle qu’il a présidée est ici. Et pour mieux comprendre de quel amour nous sommes aimés, le Saint Père nous recommande, dans cette allocution, la lecture du chapitre 15 de l’Évangile de Saint Luc. Enfin, de plus amples informations sur l’année sainte sont accessibles sur notre page spéciale « jubilé ».