Le pape François : « l’amour et la sainteté sont toujours liés aux petits gestes »

Le pape François a conclu son voyage apostolique aux États-Unis en participant à la messe de clôture de la VIIIe rencontre mondiale des familles à Philadelphie. Il a médité les textes du dimanche 27 septembre, et les a appliqués à la vie familiale. S’appuyant sur la première lecture et l’Évangile du jour, il a tout d’abord pointé l’étroitesse d’esprit dont font preuve les proches de Moïse et de Jésus. En effet, ces derniers veulent écarter ceux qui « prophétisent et font des miracles sans mandat », au motif qu’ils ne font pas partie du groupe des disciples. Mais pour le Pape, cela équivaut à « mettre en doute l’œuvre de l’Esprit, donner l’impression que cette œuvre n’a rien à voir avec ceux qui ne ‘‘font pas partie de notre groupe’’, qui ne sont pas ‘‘comme nous’’ ». Et le Saint Père d’indiquer qu’il s’agit « d’une tentation dangereuse, car non seulement, cela bloque la conversion à la foi, mais encore constitue une perversion de la foi. »  Le Pape François a ensuite approfondi sa réflexion, expliquant que « la foi ouvre la fenêtre à la présence agissante de l’Esprit et nous montre que, comme le bonheur, la sainteté est toujours liée aux petits gestes. » Il a alors fait le lien avec la vie familiale car pour lui « ces petits gestes, on les apprend à la maison » :

« L’amour se manifeste par de petites choses, par la moindre attention au quotidien qui fait que la vie a toujours une saveur de foyer. La foi grandit lorsqu’elle est vécue et elle est forgée par l’amour. Voilà pourquoi nos familles sont de vraies Églises domestiques. Elles sont le lieu approprié où la foi se fait vie et où la vie grandit en devenant foi. »

Le pape a ensuite élargi sa réflexion aux dimensions du monde, en insistant sur l’importance des petits gestes, en particulier ceux qui sont facteurs de communion et d’unité. Pour lui en effet :

« Notre maison commune ne tolère plus des divisions stériles. Le défi urgent de sauvegarder notre maison inclut l’effort de s’unir à la famille humaine tout entière dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer. Puissent nos enfants trouver en nous des modèles de communion, non de division ! »

Le pape a finalement conclu son homélie par un appel à tous les chrétiens et plus largement à tous les hommes de bonne volonté :

« Quiconque voudrait fonder une famille qui enseigne aux enfants à se réjouir de chaque geste visant à vaincre le mal trouvera gratitude, appréciation et estime, quels que soient son peuple, sa religion ou sa région.
Que Dieu nous accorde à nous tous d’être prophètes de la joie de l’Évangile, de l’Évangile de la famille, de l’amour de la famille, d’être prophètes en tant que disciples du Seigneur, et qu’il nous accorde la grâce d’être dignes de cette pureté de cœur qui n’est pas scandalisée par l’Évangile ! »

Le texte intégral de cette homélie est accessible ici. Les différentes allocutions que le Pape a prononcées à l’occasion de son voyage apostolique à Cuba et aux États-Unis peuvent être consultées directement sur le site du Vatican en suivant ce lien. Nous vous proposons également ici une synthèse de son discours à l’ONU. Enfin, vous pouvez aussi revivre ce voyage en images .