Une Année Sainte pour célébrer la Miséricorde Divine !

Le Pape François a annoncé l’organisation d’une année jubilaire, une Année Sainte de la Miséricorde. Elle débutera le 8 décembre prochain, jour de la fête de l’Immaculée Conception, avec l’ouverture de la Porte Sainte à la basilique Saint Pierre de Rome et s’achèvera par la solennité du Christ Roi, le 20 novembre 2016. Le Pape présentera la bulle papale d’indiction (c’est-à-dire de convocation) du Jubilé de la Miséricorde ce samedi 11 avril. Dans cette bulle, sont précisés, outre les dates d’ouverture et de conclusion, le déroulement, l’esprit, le sens, les conditions, les intentions et les attentes du Pape à l’occasion de cette année sainte. Notons que le Pape François a choisi de la pFilsProdigueublier en la veille de la fête de la Miséricorde Divine, une manière pour lui de montrer l’importance que cette dernière revêt pour notre temps. Pour mieux comprendre cela, il est nécessaire de préciser le sens du mot « miséricorde ». A l’origine, ce mot désignait les « entrailles » qui frémissent sous le coup de la douleur et de la peine. Une émotion que connaissent bien les parents lorsque leur enfant est malade. Un biographe de Saint Jean Paul II disait que pour ce dernier : « La miséricorde, c’est beaucoup plus que la charité, ou la compassion, ou même le pardon. Cela va au-delà. ». De nombreux versets de la Bible nous le rappellent. Nous en citerons seulement deux. Écoutons Jérémie et Isaïe, deux prophètes de l’Ancien Testament, qui déjà exprimaient si bien la miséricorde de Dieu pour nous :

« Ephraïm est-il donc pour moi un fils si cher, un enfant tellement préféré que chaque fois que j’en parle je veuille encore me souvenir de lui ? C’est pour cela que mes entrailles s’émeuvent pour lui, que pour lui déborde ma tendresse. » (Jérémie, 31, 20).

et encore

« Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle nourrit, cesse-t-elle de chérir le fils de ses entrailles ? Même s’il s’en trouvait une pour t’oublier, Moi, je ne t’oublierai jamais. » (Isaïe, 49, 15).

Voila les sentiments de Dieu à notre égard et voila ce que le Pape François veut nous rappeler à travers la convocation de cette Année Sainte de la Miséricorde. Lorsque nous souffrons, Dieu souffre avec nous. Il ne prend pas plaisir à notre malheur, mais il nous accompagne tout au long de notre vie, y compris dans nos moments difficiles, nous ouvrant ainsi à l’espérance.

De plus amples détails sur la bulle d’indiction de l’année sainte et sur le jubilé sont consultables ici et . Pour en savoir plus sur la miséricorde, cliquer ici. Et pour en faire l’expérience, n’hésitez pas à vous rapprocher du sacrement de la réconciliation qui est, comme le dit le Pape François dans son tweet du 31 mars 2015, « le sacrement de la tendresse de Dieu pour nous, sa manière de nous embrasser. ». De plus amples informations sur ce beau sacrement sont disponibles ici.