Troisième prédication de l’Avent : Paix sur la terre aux hommes que Dieu aime!

Ce vendredi 19 décembre 2014, le P. Raniero Cantalamessa a proposé sa troisième et dernière prédication de l’Avent sur le thème « la paix, fruit de l’Esprit ». Tout d’abord, il rappelle les fruits de l’Esprit : « amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi » (Gal 5, 22) ». Ces fruits, contrairement aux charismes et aux dons, sont « les mêmes pour tous » et « le résultat d’une collaboration entre la grâce et la liberté » de l’homme. Pour le P. Cantalamessa, « la paix – fruit de l’Esprit – est la paix du cœur ». Il s’agit donc « d’une manière d’être habituelle, l’état d’âme et le mode de vie de celui qui, à force de vigilance et d’attention, finit par atteindre une certaine paix intérieure ».

Approfondissant sa méditation, le P. Cantalamessa met en lumière la recherche de la paix intérieure dans la tradition spirituelle de l’Eglise. Il rappelle ainsi que, pour les Pères de l’Eglise, « la recherche de la paix intérieure se traduit dans l’idéal de la tranquillité ; […] pas une tranquillité vide et constituant une fin en soi, mais une tranquillité pleine, semblable à celle des bienheureux, une manière de commencer à vivre ici-bas l’état des bienheureux dans le ciel », ce qui passe par une vie contemplative. Il explique ensuite que d’autres chemins, « accessibles à ceux qui ont une vie active », ont été développés. Il rappelle alors l’idée centrale proposée par Saint Augustin : « la paix intérieure dépend de notre adhésion à la volonté de Dieu ». Cette idée a par la suite été reprise et développée de différentes manières dans l’Église, ouvrant des pistes plutôt mystiques ou ascétiques. Cependant, pour le P. Cantalamessa, ces pistes ne sont pas les seules et « la spiritualité moderne met l’accent sur d’autres moyens plus positifs pour conserver la paix intérieure ». Il en cite deux : « la confiance en Dieu » et « la certitude que Dieu nous aime ». Reprenant la Parole de Dieu, il rappelle le message des anges aux bergers lors de la naissance de Jésus : « Paix sur la terre aux hommes, que Dieu aime », ce qui se traduit littéralement par : « Paix sur la terre aux hommes, objets de la bienveillance de Dieu » (Lc 2, 14). Pour le P. Cantalamessa, cette bienveillance de Dieu est « offerte à tous sans exception ». Et il nous invite en ce temps de Noël à redécouvrir « la force, la nouveauté, que contenaient ces paroles, quand elles furent proclamées pour la première fois ! ». Pour lui :

« Nous devons revenir en arrière, avoir une nouvelle oreille, celle des bergers, qui furent les premiers à entendre et se mirent en voyage sur le champ ».

Le texte intégral de cette prédication est accessible ici.

Saint et Joyeux Noël à tous !