Quatrième prédication de Carême : il est possible d’avoir Jésus pour ami

Le P. Raniero Cantalamessa, ofm cap., a donné vendredi sa quatrième conférence de Carême sur le thème « Saint Léon le Grand et la foi en Jésus-Christ vrai Dieu et vrai homme ». Dans cette conférence, il s’intéresse à la personne de Jésus et au mystère du Christ qui ont été au cœur des préoccupations de Saint Léon le Grand, Pape et Père de l’Église. Il rappelle ainsi le « dogme christologique, c’est-à-dire les vérités fondamentales sur le Christ, définies dans les premiers conciles œcuméniques, surtout celui de Chalcédoine, et qui se réduisent, dans leur substance, aux trois piliers suivants : Jésus-Christ est vrai homme, il est vrai Dieu, il est une seule et même personne.JesusStJean » Le P. Cantalamessa explique ensuite que c’est sur ces piliers que repose toute la doctrine du salut, et approfondissant sa méditation, il cherche à « faire une application concrète pour la vie personnelle et la foi actuelle de l’Église ». Il s’agit alors d’atteindre le Jésus « « réel » qui se trouve au-delà de l’histoire et derrière la définition ». Et « cette connaissance du Christ nous est donnée par le Saint Esprit qu’Il a lui-même envoyé ». Pour le P. Cantalamessa, il faut « réveiller le dogme » et, partant du troisième point, « Jésus est une seule et même personne », il conclut : « Dire que Jésus est « une personne » , c’est aussi dire qu’il est ressuscité, qu’il vit, qu’il est devant moi, que je peux le tutoyer comme lui me tutoie. […] Il est donc possible d’avoir Jésus pour ami car, étant ressuscité, il est vivant, il est près de moi, je peux me rapporter à lui comme un vivant se rapporte à un vivant. […] Hélas, on pense rarement à Jésus comme à un ami et à un confident. On oublie qu’étant, comme dit le dogme, « vrai homme », il possède à son plus haut degré le sentiment d’amitié qui est une des qualités les plus nobles de l’être humain. Jésus désire cette relation avec nous. Dans son discours d’adieu (Jn 15, 15), il dit: « Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis ». […] Maintenant que Jésus est ressuscité et n’est plus sujet aux limites de la chair, il offre à tout homme et toute femme la possibilité de l’avoir pour ami, au sens le plus fort du mot.»

Le texte intégral de cette prédication est accessible ici.